Sellerie Bernard Lacuche sellier bourrelier Ane Poney Cheval

Histoire du bât

D’après le manuel complet du bourrelier et du sellier, publié en 1853 par Monsieur Lebrun.

Un historique rapide retraçant la tradition de notre pays, fin 19ème siècle début 20ème siècle.

 

Le bât

Définition
Sorte de selle qui se met sur le dos des bêtes de somme pour y attacher les fardeaux.

Fiche technique
Celui-ci est composé de cinq à six pièces suivant sa fabrication. La partie supérieure, solide, en bois "hêtre" est composé :

  • De deux lobes ou aubes. Celles-ci reposent sur le dos de l’animal.
  • De deux courbes qui permettent d’assembler les lobes entre eux.

L’assemblage de ces quatre pièces forme le fût.

  • La troisième partie est appelée la matelassure ou panneaux, au nombre de un ou deux suivant la fabrication qui seront assemblés au fût. C’est l’ensemble fût et matelassure que l’on appelle le bât.

Les sanglages sont fixés sur le fût.

A cette époque, nous distinguons trois sortes de bât que je nommerai, sans les décrire pour ne pas "lasser" le lecteur :

  • Le bât ordinaire, pour les chevaux et pour les ânes. Bât que l’on désigne aussi sous le nom de bât à boutonner. Généralement, ce bât reste le seul utilisé par les gens de la campagne.
  • Le bât français ou à fausse gouttières. Le fût de ce bât se nomme fût normand parce qu’il est plus ouvert que les autres.
  • Le bât d’Auvergne ou bât de mulet.

Après la guerre, le développement économique fait changer la société. Les selliers-bourreliers disparaissent peu à peu et le savoir-faire de la fabrication des bâts disparaît.

Ainsi, dans les années 1970-1980, les bâts militaires firent leur apparition dans la randonnée civile.

  1. Le bât militaire suisse
    Plusieurs modèles : le bât de secours, le bât règlementaire (le plus volumineux) et le bât d’artillerie. Leurs parties fer et leur capiton ou leur matelassure feront varier ces bâts de 20 à 40 kg.
  2. Le bât militaire anglais
    Son arçon de bât est très léger et il a des bandes articulées.
  3. Le bât militaire italien
    Constitué d’un arçon qui se prolonge aves des protèges flancs articulés
  4. Le bât militaire allemand
    Similaire au bât Italien avec lequel il peut se confondre en raison de ses protèges flancs.

Généralement, les bâts militaires restent lourds. Ils peuvent s’utiliser avec l’âne à condition d’avoir un animal très "costaud". Les poids de ces bâts réduisent considérablement la charge à emporter.

Des bâts plus légers de 3 à 4 kg, made in USA, font leur apparition. Avec des structures "minimalistes", l’utilisateur peut fixer des charges importantes en équilibrant celles-ci convenablement.

  1. Le bât Decker
    Léger et solide, de conception très simple, il est très peu commercialisé en France. Son arçon est composé de deux bandes bois reliées par des parties courbes en fer.
  2. Le bât à croisillons
    Le bât des chercheurs d’or (3 à 4 kg).

Dans les années 1980, on le nomma bât "FREF", préconisé par la Fédération des Randonneurs Équestres Français. Il est utilisé avec les chevaux, les mules et aussi avec les ânes dans la randonnée pédestre.

L’arçon en bois est constitué de deux bandes en bois nommées patins ou battes. Elles sont reliées entre elles par des croisillons en bois dur (hêtre, platane, chêne…).

Le choix du sanglage varie en fonction de l’animal. Une ou deux sous-ventrières, deux ou quatre barres de fesses.

Invariablement, la bricole et l’avaloire ainsi qu’une sangle sont conseillées malgré certaines variations observées en situation qui restent des cas très particuliers :

  • Suppression de la bricole.
  • Suppression de la bricole et de l’avaloire.

Le bât à croisillons est conçu sur mesure ainsi que les sanglages. L’utilisation d’une matelassure épaisse est à respecter pour protéger l’animal et éviter les blessures. Ce bât est conseillé pour toute randonnée, en respectant les critères suivants :

  • Arçon sur mesure adapté au dos.
  • Sanglage sur mesure.
  • Tapis ou matelassure épaisse.

Ce bât a voyagé pratiquement sur tous les continents.

Après ces bâts, vint le temps où d’autres articles font leur apparition dans les années 1990. Le secteur le plus prolifique est la randonnée pédestre avec âne.

Certains artisans selliers mettent leur imagination en marche avec l’aide des utilisateurs. Ils inventent des produits adaptés aux besoins des randonneurs. Les bâts de randonnées suivant voient le jour :

  1. Le bât Saint-Jacques (6 à 7 kg)
    Conçu sur la même base que le bât à croisillons en ce qui concerne les bandes ou patins.
    Les croisillons sont remplacés par une structure bois, laquelle se prolonge vers le haut par quatre cornes. Cette structure est reliée par deux "barres bois" ou porte-bagage, qui permettent aux voyageurs de poser leurs bagages (tentes, duvets, etc.). Ces porte-bagages transversaux facilitent l’accès aux sacoches durant la randonnée.
    - Les sacoches se fixent par des crochets sous le porte bagage.
    - Les quatre cornes servent à accrocher le petit matériel (gourde, porte cartes, paniers, seau…).
    Ce bât a voyagé partout en Europe. La plus longue randonnée de Saint-Malo à Bamako intitulée "La route du Griot blanc", a été réalisée par M. Marc ROGER, conteur itinérant.
  2. Le bât Saint-Vincent (6 à 7 kg)
    Avec porte-bagage ou sans porte-bagage. Sa conception est identique à celle du bât à croisillons mais il se différencie de celui-ci par certains aspects :
    -Les croisillons sont droits et dépassent les bandes ou patins vers le bas. Ils sont donc plus longs. Cette particularité apporte les avantages suivants :
    - Ils empêchent le bât de tourner.
    - Les sacoches ne reposent plus sur les flancs de l’âne. Ils évitent ainsi toute compression qui aurait pu le gêner ou le blesser.
    - Ils permettent à ce bât de randonnée de se transformer en bât de portage. Grâce au prolongement des croisillons, l’utilisateur peut adapter sur des crochets un cadre bois muni de relevages fer qui peuvent être plats pour les caisses ou les poubelles, ou en V pour le transport spécial de bûches, piquets, etc.
    - Un porte bagage relie les croisillons entre eux.
    Ce bât reste peut-être le plus attractif en raison de sa polyvalence. Il voyage aujourd’hui dans toute l’Europe.
  3. Le bât de débardage (15 à 18 kg)
    Il est peut-être le bât le plus confortable pour l’animal. D’abord conçu pour le travail, il peut servir aussi pour la randonnée.
    Ici, les patins ou bandes ont disparu. Les croisillons sont faits dans du bois massif en hêtre courbé à la vapeur, évitant ainsi les ruptures en cas de chocs. Les croisillons sont reliés entre eux par six tourillons. Enfin, revenant à notre tradition, des panneaux très épais sont fixés à la structure bois.
    Ce bât voyage en France et il est apprécié par son utilité dans tous les travaux de débardage porté, transports de caisses, bouteilles de gaz, etc. Il reste cependant lourd pour la randonnée.
  4. Le bât Selle (5 à 6 kg)
    Il possède un croisillon à l’avant et un troussequin à l’arrière. Un siège suspendu en cuir, relié à l’avant aux croisillons et à l’arrière au troussequin, permet de faire chevaucher un enfant ou un adulte. Les sacoches s’accrochent par des crochets à l’arrière et à l’avant.
    Ce bât voyage en France.

 

Les bâts articulés

  1. Les bâts made in U.S.A
    Sont pour la plupart en synthétique ou associent acier et plastique.
  2. Le bât à croisillons "Ralide" ou "Polyéthylène"
    Monobloc avec renfort fer. Pince parfois à l’arrière.
  3. Le bât "Ralide" ou "Polyéthylène"
    Forme en T monobloc. Ce bât est très ouvert au garrot d’au moins 34 cm en général. Il ne convient pas aux ânes, en raison de sa trop grande ouverture.
  4. Le bât à croisillons aluminium et plastique
    - Croisillons aluminium (fonte alu) avec patins articulés.
    - Croisillons aluminium articulés et patins articulés.
  5. Le bât forme en T
    - Forme en T acier, patins articulés.
    - Forme en T acier réglable, patins articulés.

D’autres bâts articulés sont utilisés. De fabrication française, ils sont généralement en bois avec certaines variantes :

  1. Le bât articulé avec croisillons
    Très long, il descend sur les flancs de l’animal. Aux sanglages des compressions se produisent sur les flancs.
  2. Le bât à croisillons articulés aux patins
    Les patins de ces bâts sont divisés en deux et forment quatre petits patins articulés, indépendants. Cette conception "nouvelle" doit encore prouver sa fiabilité, car la séparation des patins ne permet pas une répartition égale de la charge sur le dos de l’animal.

Voici à peu près résumé les modèles de bâts que nous pouvons trouver à l’heure actuelle.

Tous ces bâts, à l’exception du bât mixte de débardage sont dépourvus de matelassure. Il faut donc avant de bâter notre âne, mettre sur son dos un tapis adéquat qui soit bien adapté à son dos. Il peut être épais de 2,5 cm au minimum, voire très épais de 3 ou 4 cm.

 

Les bagages

Après avoir bâté notre ami, la bagagerie reste indispensable pour pouvoir emporter le matériel nécessaire :

  • Des sacoches en toile ou en cuir imperméables, un rabat assez grand avec une liaison entre le soufflet et le rabat qui assure l’étanchéité.
  • Un sac rond ou "porte-manteau" placé entre les croisillons. Pour certains selliers bourreliers, un sac en forme de H sera plus volumineux que le sac rond.
  • Enfin une bâche de protection pour une étanchéité presque parfaite.
Logiciel CMSimple | Thème CMSimple.sk | Contribution Groupanet
SELLERIE BERNARD LACUCHE
PRODUCTION ARTISANALE

Tout pour l'âne et le cheval.

Aux mensurations de l'âne  Aux mensurations du cheval

Une fabrication artisanale adaptée à vos besoins, standard et sur mesure.

Visiter l'atelier de Bernard Lacuche »

BOUTIQUE COMMERCIALE

L'équipement du cavalier et de l'équidé.

Équipement du cavalier et de l'équidé

Visiter la boutique de la sellerie »